Contournement de Nîmes et Montpellier

Une ligne mixte, voyageurs et fret

La mise en service du Contournement de Nîmes et Montpellier, (ouverture au fret en décembre 2017 et au passager en juillet 2018), a permis de désengorger le trafic régional et de rendre les circulations plus fluides dans cette zone particulièrement saturée. Il favorise la circulation des trains fret.

Le CNM permet à la fois les développement d’une offre de transport plus cohérente mais aussi des temps de parcours réduits: le trajet Paris-Montpellier se fait désormais en 3 heures.

Les grandes étapes du projet

Entrée en vigueur du contrat
Etudes
Début des travaux de terrassement et de génie civil
Début des travaux d’équipements ferroviaires
Essais et tests
Mise à disposition de la ligne

Depuis le lancement du projet, une attention spécifique est portée sur l’emploi 

Au pic de l’activité, dans la phase de génie civil, le chantier compte jusqu’à 4500 employés. 14% des heures travaillées le sont au titre de l’insertion professionnelle.

Des mesures d’évitement et de compensation des impacts environnementaux 

Dès les premières phases du projet, Oc’Via a concilié les contraintes techniques avec les exigences environnementales. En partenariat avec les autorités environnementales des territoires traversés, Oc’Via a pris des mesures d’évitement et de compensation des impacts environnementaux sur la faune et la flore. En phase travaux, cela s’est traduit par exemple par la mise en défense de certaines espèces et la création de gîtes artificiels.

L’observatoire environnemental prévu préalablement au lancement des travaux et pour une période s’étendant au moins jusqu’à 5 ans après la mise en service de la ligne, évalue l’impact du projet sur l’environnement et assure le suivi de la mise en œuvre et de l’efficacité des mesures environnementales.

Vous souhaitez en savoir plus sur le Contournement de Nîmes et Montpellier ?

Visitez le site web de Ocvia Visitez le site web de Ocvia